Managing Irritability Before It Turns to Aggression

By Dr. Bill Howatt and Louise Bradley

The Conference Board of Canada, Mental Health Commission of Canada and Workplace Safety & Prevention Services have partnered to share mental health resources to support employees and leaders coping with the impact of COVID-19 on mental health.

It’s been nearly two months since non-essential workers began sheltering at home, many of us working remotely, to protect ourselves, and others, from COVID-19.

For some who live alone, the lockdown has required complete isolation. Others may have immediate family with them, or neighbours they can say hello to over the fence. First responders might be living close to family in an RV on the driveway in order to keep a safe distance. Whatever the situation, isolation has introduced all of us to a number of challenges that we wouldn’t otherwise experience.

We suddenly find ourselves blending work and home life, home-schooling children with virtual support, while feeling fear, anxiety and uncertainty about the duration of the lockdown and the impact of the virus.

Our conscious and unconscious minds have been working overtime. This can result in cognitive fatigue, poor diet, an increase in caffeine consumption, and physical fatigue due to lack of sleep. Nerves are fraying, people are feeling stressed and exhausted, and this may be leading to increased irritability.

Irritability can play out in many ways. We’ve seen in the news lately that police are issuing a high number of speeding tickets to people who are letting off steam and taking advantage of empty roads. When people are driving aggressively, there are usually more accidents and close calls, and this can lead to road rage.

When it comes to work, irritability can cause us to get upset more easily and have a lower tolerance for stressful situations. It also spurs physiological responses that can include difficulty concentrating, increased heart rate, jumpiness, a shorter fuse, and general confusion.

Leaders can help nip irritability in the bud before it festers into anger and aggression

Be self-aware - You might notice this is a recurring theme in these blogs, but it is an important first step. We are all in this together. We are all experiencing similar emotions. Leaders are not immune. If you suspect you are becoming irritable, evaluate how you are interacting with employees, check in with them to see how they are doing, and give them permission to check in on you. It’s easy to slip into bad habits. When you’re under pressure, you might become too heavily focused on the outcomes and less on the process, which can affect employees’ morale and mental health. It’s important for them to know their relationship with you is safe.

Give employees an outlet - If you make employees feel safe enough to tell you when they feel their batteries are drained, you mitigate the risk of them becoming more irritated. And, regular check-ins give you the opportunity to monitor stress, fatigue and irritability. It’s important that they know that being candid about irritability isn’t giving them permission to be rude, it’s about talking things through to avoid escalation. Remind them of the resources that are available to assist, such as resilience resources, EFAP, and other tools that you have available, if appropriate.

Be careful not to respond in kind - Recognize that sometimes people say things or respond in ways that aren’t normal for them, particularly in stressful situations. When an employee appears irritable, resist the urge to respond in kind. Instead, seek to understand more about what they’re feeling. Ask questions, such as, “Jill, you don’t seem like yourself. It appears something is irritating you. Is there anything I can do to help?”

It’s not surprising that we are feeling some degree of irritability. It would be more surprising if we weren’t. However, left unchecked, irritability can escalate to anger, loss of temper and aggression. Aggression triggers the fight or flight response and can lead to inappropriate behaviour. As leaders, it’s important at all times, and especially now, to stay attuned to your employees to help them manage irritability and avoid escalation.

Share and Comment


Composer avec l’irritabilité avant qu’elle se transforme en agressivité

Par Bill Howatt, Ph. D., et Louise Bradley

Le Conference Board du Canada, la Commission de la santé mentale du Canada et Workplace Safety & Prevention Services (WSPS) se sont associés pour partager des ressources en santé mentale afin d’aider les employés et les dirigeants à s’adapter aux impacts de la COVID-19 sur la santé mentale.

Il y a presque deux mois que les travailleurs non essentiels ont commencé à s’isoler à la maison, plusieurs d’entre nous travaillant à distance, pour nous protéger et protéger les autres contre la COVID-19.

Pour certaines personnes qui vivent seules, le confinement signifie un isolement complet. D’autres vivent avec des membres de leur famille immédiate, ou ont des voisins qu’ils peuvent saluer de l’autre côté de la clôture. Des premiers intervenants vivent peut-être à proximité de leur famille dans une roulotte installée dans le stationnement pour garder une distance sécuritaire. Peu importe la situation, l’isolement représente pour nous tous de nouveaux défis auxquels nous n’aurions pas eu à faire face autrement.

Nous nous retrouvons soudainement à jongler entre le travail et la vie de famille, à faire l’école à la maison aux enfants (en bénéficiant d’un soutien virtuel), tout en ressentant de la peur, de l’anxiété et de l’incertitude quant à la durée du confinement et à l’impact du virus.

Notre conscient et notre subconscient font du surtemps, ce qui peut entraîner une fatigue cognitive, une mauvaise alimentation, une hausse de la consommation de caféine, et de la fatigue physique en raison du manque de sommeil. Les nerfs sont à vif, les gens sont stressés et épuisés, accentuant leur irritabilité.

L’irritabilité peut se présenter sous plusieurs formes. Dernièrement, nous avons vu dans les actualités que la police donnait un grand nombre de contraventions pour excès de vitesse à des personnes qui se défoulent et profitent des routes désertes. Lorsque les gens conduisent de manière agressive, il arrive habituellement plus d’accidents ou des accidents évités de justesse, lesquels peuvent engendrer des incidents de rage au volant.

Au travail, nous sommes plus facilement contrariés et moins tolérants dans les situations stressantes. La situation incite aussi des réponses physiologiques comme de la difficulté à se concentrer, un rythme cardiaque accéléré, de la nervosité, une humeur changeante et une confusion générale.

Les dirigeants peuvent aider à tuer l’irritabilité dans l’œuf avant qu’elle se transforme en colère et agressivité.

Conscience de soi - Vous remarquerez peut-être un thème récurrent sur ces blogues, mais il s’agit d’une première étape importante. Nous sommes tous dans le même bateau. Nous ressentons tous des émotions semblables. Les dirigeants ne sont pas immunisés. Si vous constatez que vous commencez à être irritable, évaluez la façon dont vous interagissez avec vos employés, demandez-leur comment ils vont, et permettez-leur de vous poser la même question. Il est facile de prendre de mauvaises habitudes. Lorsque vous êtes sous pression, vous risquez de vous concentrer un peu trop sur les résultats et moins sur le processus, ce qui peut affecter le moral et la santé mentale des employés. Il est important pour eux de savoir que leur relation avec vous est sûre.

Offrez un exutoire à vos employés - Si les employés se sentent suffisamment à l’aise de vous dire qu’ils ont besoin de recharger leur batterie, vous atténuez alors le risque qu’ils s’énervent encore davantage. Des vérifications régulières auprès des employés vous permettent d’observer leur stress, leur fatigue et leur irritabilité. Ils doivent savoir que le fait d’être francs face à leur irritabilité ne leur donne pas le droit d’être impolis. Il est nécessaire de discuter des difficultés pour éviter que la situation empire. Rappelez-leur que des ressources sont disponibles pour les aider, comme des ressources sur la résilience, le PAEF, et tout autre outil disponible, s’il y a lieu.

Ne répliquez pas aux attaques - Vous devez savoir que les gens disent parfois des choses ou répondent de façons qui ne leur sont pas habituelles, surtout dans les situations stressantes. Lorsqu’un employé semble irritable, résistez à l’envie de répondre à ses attaques. Cherchez plutôt à comprendre comment il se sent. Posez des questions comme « Jill, tu n’as pas l’air dans ton assiette. On dirait que quelque chose te tracasse. Je peux faire quelque chose pour t’aider? »

Il n’est pas étonnant de ressentir un certain degré d’irritabilité. Il serait davantage étonnant de ne pas en ressentir. Cependant, si rien n’est fait, l’irritabilité peut entraîner de la colère et de l’agressivité. L’agressivité déclenche une réaction de lutte ou de fuite et peut donner lieu à des comportements inappropriés. En tant que dirigeants, il est important de rester à l’écoute de vos employés, en tout temps et particulièrement maintenant, afin de les aider à gérer leurs sentiments d’irritabilité et éviter que la situation s’envenime.


Blog Disclaimer

No Comments Yet.

Leave a comment