Managers have a role to play in preventing suicide

By Dr. Bill Howatt and Louise Bradley

Many leaders have created, or are in the process of building, mental health programs in their workplaces. Most are founded on accessibility, transparency and creating an environment where employees feel safe to talk about any issues they are facing. Many scenarios and situations are considered when planning these programs, but suicide is often excluded. This isn’t entirely surprising - knowing how to approach the topic of suicide can be intimidating - scary even. However, it is vitally important that employees feel it is “on the table” among all the other mental health concerns they might bring forward, or the results could be devastating.

Suicide is a major global problem - a leading cause of death worldwide, killing more than 800,000 people each year.[1] Think about the number of people on a 747 aircraft and imagine one plane crashing every month for a year.[2] That is approximately how many people in Canada die by suicide annually. On average, that means 10-12 people in Canada die by suicide every day.[3] The leading causes are mental illness and substance use disorders.[4]

This was a huge issue in Canada before COVID-19, and the crisis has only amplified the risk.

Impact of COVID-19 on Canadians’ Mental Health

  • In April, the Mental Health Commission of Canada and Nanos Research reported, “Canadians are four times more likely to report their mental health is worse or somewhat worse than before COVID-19, rather than better or somewhat better.”[5]
  • This suggests that more employees may now be struggling with their mental health, which can increase the number of employees who may be at risk.
  • Social isolation brought on by COVID-19 should also be considered an additional risk factor. The World Health Organization, in tandem with the International Association for Suicide Prevention, pointed out how critical social connectedness is for reducing risk for suicide.[6]

We can expect that the deterioration in mental health and sense of disconnect due to social isolation and physical distancing, combined with fear about financial security, will only increase the risk of suicide in the coming months and years. Mara Grunau, executive director for Centre for Suicide Prevention, suggested that for every one per cent increase in unemployment, there is a corresponding 0.79 per cent spike in suicide.[7]

What role can managers play to reduce employees’ risk for suicide?

Managers have a role to play in protecting employees’ psychological health and safety in the workplace, including preventing them from harming themselves and making life-ending decisions.

An important first step they can take is to become aware of suicide risk factors. Some of the more common risk factors identified by the Center for Disease Control (CDC)[8] include:

  • Loss (relational, social, work, or financial)
  • Family history of suicide
  • Previous suicide attempt(s)
  • History of mental illness, particularly clinical depression
  • History of alcohol and substance misuse
  • Feelings of hopelessness
  • Physical illness

Another risk factor on the CDC’s list is unwillingness to seek support due to the stigma attached to mental illness, substance use disorders and suicidal thoughts. Managers who have a basic understanding of how they can lend support can be a vitally important protective factor in preventing suicide. The more protective factors an employee has in place, the more likely they will be able to cope with life stress and challenges presented by COVID-19.

Examples of protective factors:

  • Social skills (e.g., decision-making, problem-solving, anger management)
  • Good physical and mental health
  • Knowledge of how to access mental health support (e.g., EFAP)
  • Strong connections to friends, family, partner and work peers
  • Hope for the future
  • Strong self-esteem
  • Sense of personal control
  • Coping skills
  • Resiliency
  • Being married or a parent

Coaching tips to support employees at risk:

Lending support to an employee considering suicide is an intimidating proposition. To ensure managers are adequately prepared and feel confident to do this, you should address this in your program and talk openly about this risk to increase their knowledge and awareness. Remind managers in your organization that:

  • Suicide can happen to anyone - Realize that all employees can be at risk. The combination of risk factors and protective factors will predict an employee’s degree of risk.
  • They play an important role - Managers are not expected to be psychologists nor are they trained to facilitate psychological interventions for persons at risk. Their role is to observe and support employees who appear to be at risk, and if they become aware of the situation worsening, to get the necessary professional help.
  • Training is available - Ideally, managers should be provided with basic suicide intervention training that provides guidance on how to intervene, ask questions and provide support until professional help can be provided. Consider Mental Health First Aid training to equip managers with the skills to support someone experiencing thoughts of suicide or other mental health problems.
  • They should follow basic intervention guidelines - Never leave a suicidal person alone, and never promise not to tell anyone about a suicidal threat. Always report a suicidal threat to your direct manager, and get the person to professional support as fast as possible (e.g., Crisis Services Canada 1-833-456-4566, EFAP, 911 Emergency and local mental health services).
  • Ensure ongoing support mechanisms are in place in the event of suicide - If a colleague dies by suicide, recognize that employees will respond in different ways, with feelings of guilt or grief. Make sure employees have access to professional counselling and ongoing support, and the opportunity to remember their colleague in a meaningful manner.

Caring managers who are trusted, approachable, display empathy, and promote a psychologically safe workplace can be a major protective factor to assist employees who are are at risk. These types of managers are more likely to be approached and to notice and ask employees questions such as, “How are you doing? Is everything OK?”

We will feel the impact of COVID-19 for months, if not years, and likely won’t fully understand the extent of the fallout for some time. Creating a supportive and open environment where all issues can be brought forward will help protect those who are vulnerable from making devasting decisions. We know that for every person who takes their own life, twenty-five other lives are profoundly and irrevocably effected. We all have a role to play in preventing this tragic turn of events.

Share and Comment


Les gestionnaires ont un rôle à jouer dans la prévention du suicide

Par Bill Howatt, Ph. D., et Louise Bradley

De nombreux dirigeants ont créé ou sont en train d’élaborer des programmes de santé mentale dans leur milieu de travail. La plupart sont fondés sur l’accessibilité, la transparence et la création d’un environnement où les employés se sentent à l’aise de parler des problèmes qu’ils vivent. De nombreux scénarios et situations sont prévus dans la planification de ces programmes, mais le suicide en demeure souvent exclu. Cela n’a rien d’étonnant, sachant qu’il peut être intimidant, voire épeurant, d’aborder le sujet du suicide. Toutefois, il est crucial de faire sentir aux employés que le sujet est « sur la table », avec tous les autres problèmes de santé mentale qu’ils pourraient extérioriser; autrement, les conséquences pourraient être accablantes.

Le suicide, un problème majeur à l’échelle de la planète, est l’une des principales causes de décès partout dans le monde, fauchant plus de 800 000 vies chaque année[1]. Pensez aux passagers d’un avion 747 et imaginez un de ces avions s’écraser tous les mois, toute l’année[2]. C’est à peu près le nombre de personnes qui meurent par suicide chaque année au Canada. Cela signifie que tous les jours, de 10 à 12 personnes en moyenne décèdent par suicide[3]. Les principales causes sont la maladie mentale et les troubles d’usage de substances[4].

Cette problématique était déjà de taille avant la COVID-19 au Canada, et la crise n’a fait qu’accroître le risque.

Effets de la COVID-19 sur la santé mentale des Canadiens

  • En avril, la Commission de la santé mentale du Canada et Nanos Research ont rapporté que « les Canadiens sont quatre fois plus susceptibles d’affirmer avoir une santé mentale moins bonne ou légèrement moins bonne qu’avant la crise de COVID-19, plutôt que meilleure ou légèrement meilleure »[5].
  • Ces résultats donnent à penser que davantage de travailleurs pourraient actuellement éprouver des difficultés sur le plan de leur santé mentale, ce qui pourrait augmenter le nombre de travailleurs possiblement à risque.
  • De surcroît, l’isolement social auquel nous a forcés la COVID-19 devrait être considéré comme un facteur de risque additionnel. L’Organisation mondiale de la Santé, de concert avec l’Association internationale pour la prévention du suicide, a souligné l’importance primordiale des liens sociaux pour réduire les risques de suicide[6].

Nous pouvons nous attendre à ce que la détérioration de la santé mentale et le sentiment de déconnexion provoqués par l’isolement social et la distanciation physique, combinés aux éventuelles craintes pour la sécurité financière, accentuent le risque de suicide pour les mois et les années à venir. Mara Grunau, directrice générale du Centre for Suicide Prevention, a indiqué que chaque fois que le taux de chômage augmente de 1 %, on constate un bond de 0,79 % dans les taux de suicide[7].

Que peuvent faire les gestionnaires pour réduire le risque de suicide chez leurs employés?

Les gestionnaires ont un rôle à jouer en ce qui concerne la protection de la santé et de la sécurité psychologiques des employés dans leur milieu de travail, notamment en les empêchant de se causer à eux-mêmes des préjudices et de prendre la décision de mettre fin à leur vie.

Une première démarche importante qu’ils peuvent entreprendre est de se familiariser avec les facteurs de risque du suicide. Voici quelques-uns des facteurs de risque les plus courants définis par le Center for Disease Control (CDC)[8]:

  • Une perte (relationnelle, sociale, professionnelle ou financière)
  • Des antécédents familiaux de suicide
  • Une tentative de suicide antérieure
  • Un historique de maladie mentale, particulièrement la dépression clinique
  • Un historique de mésusage d’alcool et de substances
  • Un sentiment de désespoir
  • La maladie physique

Le CDC ajoute à cette liste de facteurs de risque la réticence à demander de l’aide en raison de la stigmatisation entourant la maladie mentale, les troubles de consommation de substances et les pensées suicidaires. La compréhension élémentaire par les gestionnaires des façons dont ils peuvent manifester leur soutien peut constituer un facteur de protection décisif dans la prévention du suicide. Plus le nombre de facteurs de protection entourant les employés est élevé, plus ceux-ci sont susceptibles d’être en mesure de composer avec le stress de la vie et avec les défis imposés par la COVID-19.

Exemples de facteurs de protection:

  • Les compétences sociales (p. ex. la prise de décisions, la résolution de problèmes, la gestion de la colère)
  • Une bonne santé physique et mentale
  • La connaissance des moyens disponibles pour obtenir de l’aide en santé mentale (p. ex. les programmes d’aide aux employés et à leur famille)
  • Des liens solides avec des amis, la famille, un conjoint, des collègues
  • L’espoir face à l’avenir
  • Une forte estime de soi
  • La maîtrise de soi
  • Les habiletés d’adaptation
  • La résilience
  • Le fait d’être marié ou parent

Conseils pratiques pour soutenir un employé à risque:

Venir en aide à un employé songeant au suicide est une tâche intimidante. Pour veiller à ce que les gestionnaires soient adéquatement préparés et qu’ils se sentent à l’aise d’intervenir, vous devriez incorporer ce sujet à votre programme et discuter ouvertement des risques afin de les sensibiliser et de les informer davantage. Rappelez à vos gestionnaires les notions suivantes:

  • Personne n’est à l’abri du suicide. Prenez conscience que tous les employés peuvent être à risque. L’association de facteurs de risque et de facteurs de protection prédit le niveau de risque de l’employé.
  • Ils jouent un rôle important. On ne s’attend pas à ce que les gestionnaires soient psychologues, et ils ne sont pas formés pour effectuer des interventions psychologiques auprès de personnes à risque. Leur rôle consiste plutôt à observer et à soutenir les employés qui semblent à risque et à obtenir l’aide professionnelle nécessaire s’ils constatent que la situation empire.
  • Des formations sont disponibles. Idéalement, les gestionnaires devraient recevoir une formation de base en techniques d’intervention face au suicide qui leur fournirait des indications sur la manière d’intervenir, de poser des questions et d’offrir un soutien jusqu’à ce qu’une aide professionnelle soit disponible. Envisagez d’offrir une formation de Premiers soins en santé mentale aux gestionnaires afin de les doter des compétences nécessaires pour soutenir une personne aux prises avec des pensées suicidaires ou d’autres problèmes de santé mentale.
  • Ils devraient suivre des lignes directrices de base en matière d’intervention. Il ne faut jamais laisser une personne suicidaire seule et ne jamais promettre de garder le silence au sujet d’une menace de suicide. Vous devez toujours signaler une menace de suicide à votre supérieur immédiat et diriger la personne vers une aide professionnelle le plus rapidement possible (p. ex. en appelant Services de crises du Canada au 1-833-456-4566, en faisant appel au programme d’aide aux employés et à leur famille, en composant le 9-1-1 ou en téléphonant aux services de santé mentale locaux).
  • Des mécanismes de soutien doivent être en place pour réagir en cas de suicide. Si un collègue décède par suicide, vous devez accepter que les employés réagissent de différentes façons, avec des sentiments de culpabilité ou de deuil. Fournissez aux employés un accompagnement professionnel et un soutien continu et donnez-leur l’occasion de commémorer la mémoire de leur collègue d’une manière significative.

Des gestionnaires bienveillants, dignes de confiance, faciles d’approche, qui font preuve d’empathie et qui promeuvent un milieu de travail sécuritaire sur le plan psychologique peuvent être un facteur de protection déterminant dans l’accompagnement des employés à risque. Ce type de gestionnaire est plus susceptible d’être approché par les employés, de prêter attention à ceux-ci et de leur poser des questions comme « Comment allez-vous? Est-ce que tout va bien? »

Nous continuerons de ressentir les répercussions de la COVID-19 pendant des mois, sinon des années, et il faudra attendre encore quelque temps avant d’en mesurer pleinement les effets. La création d’un environnement compatissant et ouvert où tous les problèmes peuvent être exprimés contribuera à protéger les personnes vulnérables en les empêchant de prendre des décisions funestes. Nous savons que pour chaque personne qui s’enlève la vie, 25 autres vies sont profondément et irrévocablement marquées. Nous avons tous un rôle à jouer dans la prévention de ces événements tragiques.


1 World Health Organization. (2014). Mental health–Suicide prevention. Geneva, Switzerland. Retrieved August 1, 2014, from / Organisation mondiale de la Santé. La santé mentale en lien avec la prévention du suicide, Genève, Suisse, 2014. Consulté sur Internet le 1er août 2014: http://www.who.int/mental_health/prevention/suicide/suicideprevent/en/
2 https://www.suicideinfo.ca/how-many-people-die-by-suicide/
3 https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/82-624-x/2012001/article/11696-eng.htm
4 Mościcki EK. Epidemiology of completed and attempted suicide: Toward a framework for prevention. Clinical Neuroscience Research. 2001;1:310-23.
5 https://www.mentalhealthcommission.ca/sites/default/files/2020-05/nanos_covid_may_2020.pdf
6 https://www.iasp.info/
7 https://o.canada.com/news/heartbreaking-suicide-rates-expected-to-rise-as-covid-19-grinds-on/wcm/3f63ab8d-cfb0-4655-a998-d37e906c9b9f
8 https://www.cdc.gov/violenceprevention/suicide/riskprotectivefactors.html


Blog Disclaimer

1 Response

  1. Most important is providing the entire team with tools to assist. There are many resources let’s advertise and celebrate those. However, I disagree with creating a situation where supervisors and managers bear the guilt. Please bear in mind the mental health of leaders!! Give them the tools, prepare them, but also know and express that others choices are not their fault.

Leave a comment